© 2015 by COMINTWO - www.comintwo.com

FOLLOW US:

  • w-facebook
  • Twitter Clean

Plan du volet économie

 

 

GENERALITES

 

MESURER CORRECTEMENT LA RICHESSE

 

UNION EUROPEENNE


MONDIALISATION DAVOS


FISCALITE ET CHOMAGE

 

 

 

                                                                             Accès direct vers les onglets :

 

                                                                             LE DEVELOPPEMENT DURABLE ET SES TROIS VOLETS INDISSOCIABLES

 

                                                                             VOLET "SOCIETAL"

 

                                                                             VOLET "ENVIRONNEMENT"

 

                                                                             VOLET "ECONOMIE"

 

 

AVERTISSEMENT : La totalité de cette page est consacrée aux solutions à mettre en oeuvre pour humaniser la

mondialisation.   Elles sont très simples à comprendre. Si elles ne figurent ni dans les accords de l'OMC ni dans les accords

bilatéraux de libre échange, c'est d'ABORD de la faute des Chefs d'Etats et d'eux seuls. Les solutions existent. Qu'ils les

imposent à la Commission européenne. Qu'attendent-ils ?  10 brexits  ?

 

Au fond, à la différence des citoyens, les Chefs d'Etats et la Commission européenne  ne souhaitent  pas le changement.

Leur politique consiste  le plus souvent à adapter les pays membres au néo libéralisme,tout en en tenant des discours

humanistes qui ne trompent plus personne.

Espérons  que la Nouvelle Commission et le nouveau Parlement Européen issu des urnes en mai 2019  apporteront les

corrections qui s'imposent à la politique européenne sur le commerce mondial. Nous le saurons assez vite.

 

MONDIALISATION ET SOUVERAINETE NE FONT PAS BON MENAGE. LES PAUVRES PAYENT LA FACTURE.

Octobre 2019 

 

Vous trouverez ci-après quatre articles que nous avons rédigés à la suite des deux discours du Président de la République prononcés à

l’ONU les 23 et 24 septembre 2019.

 

On y apprend que les Chefs d’Etats ne comprennent plus la mondialisation, que nous avons perdu des pans entiers de notre souveraineté,

que le capitalisme s'est mis à dysfonctionner, produisant un niveau d'inégalités inédit, tant et si bien que les Chefs d’Etats n'arrivent plus

à régler la grande pauvreté et les nouvelles formes d'inégalités ».  Terrible aveu d’impuissance !

Les titres de ces quatre articles sont les suivants. Ils sont précédés d'un résumé de deux pages pour les plus pressés.  :

1 - Souveraineté : l’Elysée est très inquiet

2 - Perte de souveraineté : par quels mécanismes ?

3 - Souveraineté et libre échange : seul, un mandat de négociation très précis permet un bon accord

4 - Cour Internationale d’Arbitrage :  les Parlements sous  le contrôle des multinationales
Résumé des quatre articles

Souveraineté Elysée très inquiet

Perte de souveraineté : par quels mécanismes ?

Souveraineté et libre échange : seul, un mandat de négociation très précis permet un bon accord

Cour Internationale d'Arbitrage : les Parlements sous le contrôle des multinationales

CETA : NOUS AFFIRMONS QUE LE VOTE DE L'ASSEMBLEE NATIONALE EST ETHIQUEMENT FRAPPE DE NULLITE

Octobre 2019

En septembre 2019, nous avons adressés à tous les députés, qu'ils aient ou non voté la ratification du CETA, qui commence ainsi :

"A propos du CETA, nous affirmons que le vote de l’Assemblée Nationale est «éthiquement nul», car les élus n’ont pas eu connaissance

d’un des aspects fondamentaux du texte.  Il n’est pas impossible que le Conseil Constitutionnel s’en émeuve également, étant donné la

gravité des manquements.

 

Ce point concerne le chapitre huit : « investissements ».

A cette lettre était jointe une note détaillée explicitant nos affirmations. Cette note a été légèrement amendée pour être envoyée au Sénat

dès qu'il sera saisi du projet de Loi de ratification du CETA.


Vous trouverez la lettre et note ci-dessous.

Lettre aux députés sur le CETA

CETA : Notre contribution aux travaux du Sénat

DU 17 JUILLET 2019.
16 Juillet 2019

Ultime lettre adressée à l'Assemblée Nationale avant le vote de ratification du 17 juillet 2019

Ceta  A M le Président de l'AN 15 juillet 2019

Ceta  arbitrage A M le Président de l'AN  16 juillet 2019

CETA : IL EXISTE DES SOLUTIONS. POURQUOI REFUSER DE LES EXAMINER ?

Juillet 2019

Le CETA pose deux problèmes fondamentaux non résolus.

 

1 – l’arbitrage et son redoutable piège

Bien que légèrement amélioré pour supprimer les abus les plus criants, le système d’arbitrage a été décrit par Arte dans son émission du

11 décembre 2018 intitulée : « quand les multinationales attaquent les Etats. Il donne le droit aux multinationales de saisir un tribunal

d’arbitrage pour contester des lois. Les arbitres ne sont pas tenus de respecter le droit français. La philosophie du système est de placer le

profit en priorité N° 1. En contrepartie de cet avantage exorbitant, aucun engagement contraignant (de type fiscal par exemple) n’est

demandé aux investisseurs étrangers.

 

Pourquoi ce système anormal est-il en plus un piège ? A cause son verrouillage qui le rend irréversible et impossible à corriger. Explications.

 

1 -  Ce système d'arbitrage est artificiellement inséré au cœur du CETA. C’est le chapitre 8. Pour le remettre en cause il faut

obligatoirement  dénoncer l’ensemble du CETA. C’est l’article 30.9 qui l’impose. Bruxelles est seule compétente. Si un jour

la France souhaite remettre en  cause ce système d’arbitrage, elle devra donc le demander à l’UE. On imagine aisément les

pressions, les chantages aux licenciements, voire les insultes et humiliations  qui en résulteront comme ce fut le cas pour

le  Parlement Wallon qui avait osé mettre en cause ce système  en 2016.             

 

                            C'est le premier niveau de verrouillage.

 

2 - Si, malgré tout,  le CETA est un jour dénoncé (une chance sur un million), il restera en vigueur 180 jours, alors que le

système d'arbitrage, lui, restera en vigueur pendant 20 ans . L'équivalent d'une génération pour se libérer de ses chaînes. 

Sauf erreur de notre part, ce préavis est de vingt ans, même en cas de guerre !  

 

                            C'est le deuxième niveau de verrouillage.

 

Quand elle s’en apercevra, la population sera furieuse de constater qu’à cause du vote de ses députés,  le  droit ne lui permet plus de décider

ce qu’elle veut, dans son propre pays et dans des délais raisonnable.  Que lui restera t-il pour régler le problème ?

 

Pourtant, là encore, il existe une solution équitable pour les investisseurs, les peuples et l’ensemble des parties prenantes. Elle est résumée

ci-dessous. Le deuxième document approfondit et justifie la proposition.

Proposition de réforme de l’arbitrage «investisseurs - Etat »

Pour une réforme de fond de l’arbitrage international dans le monde marchand.

 

2  – les droits de l’Homme, et l’environnement. Ce sont les grands perdants.

Par cinq fois entre 2010 et 2018, le Parlement Européen a dénoncé les pratiques d'entreprises mondiales dont des entreprises européennes

faisant fabriquer des produits dans des pays, lointains ou non, dans des conditions scandaleuses au plan social et environnemental, et les

réimportant en Europe et ailleurs en application des accords de libre échange.

 

Voir ces résolutions ci-dessous. Elles contiennent des solutions diverses et complémentaires pour corriger ces dérives. Toutes refusées.

 

Ainsi, tous  les accords de libre échange signés par l'UE favorisent les dumpings sociaux, fiscaux et environnementaux, donc la concurrence

déloyale, donc la désindustrialisation de la France, donc le chômage et la pauvreté.


Il faut donc les corriger, pour des raisons éthiques et pour commencer à remettre de la raison dans un capitalisme effectivement devenu fou.

 

Malheureusement nous sommes allés trop loin, tant et si bien que la seule solution est maintenant de mettre en œuvre sans plus attendre

la résolution du Parlement Européen ci-dessous du 25 novembre 2010, point 27  :

 

27 « prie instamment la Commission de déposer dans les meilleurs délais une proposition de règlement interdisant  l'importation dans

l'Union de biens produits par le biais de formes 10 modernes d'esclavage, du travail forcé, notamment du travail forcé de groupes

particulièrement vulnérables, en violation des normes fondamentales des droits de l'homme ».

Aujourd'hui (2019), il faut y ajouter les normes environnementales fondamentales, ce qui inclut également le climat.

 

Résolution du Parlement européen du 25 novembre 2010  (Voir notamment le point 27)

Résolution du Parlement européen du 8 juillet 2015  (Voir notamment les paragraphes surlignés)

Résolution du Parlement européen sur les droits de l'Homme 25 octobre 2016 (Voir notamment les § surlignés)

Résolution du Parlement européen du 27 avril 2017  secteur confection

Rapport sur les répercussions du commerce international sur les chaînes de valeur mondiales 20 juillet 2017 (voir notamment  
l
es points 29, 31, 35, 38)

 

L'AVENIR EST DEVANT NOUS (à condition de renverser les tables)
Juin 2019

Ce court essai est proposé par le Comité Pauvreté et Politique www.pauvrete-politique.com .  Il est convivial et très agréable à lire, car il

est construit autour d’un dialogue entre deux personnages sympathiques, qui permet au lecteur d’entrer naturellement dans un sujet

généralement perçu comme complexe et réservé à une élite. Au fil des pages, le lecteur apprend que la morosité  ambiante n’est pas

fatale, et qu’il y a une grande place pour l’espoir.


Le premier personnage mis en scène est Paul, qui fait partie des classes moyennes.

 

Paul est déstabilisé par trois phrases prononcées par  Président Macron lors de ses  vœux le 31 décembre 2018.

 

1-"Nous sommes en train de vivre plusieurs bouleversements inédits : le capitalisme ultralibéral et financier, trop souvent guidé par le court

terme et l’avidité de quelques-uns, va vers sa fin ».

2 - « notre malaise dans la civilisation occidentale et la crise de notre rêve européen sont là ».   

3 -  « Mais nous avons aussi vécu de grands déchirements et une colère a éclaté, qui venait de loin ; colère contre les injustices, contre le

cours d’une mondialisation parfois incompréhensible… »

Sans l’avoir jamais exprimé de la sorte, Paul se retrouve très bien dans ces trois phrases. Mais cela l’inquiète. Il se dit que si le Président

déclare que le capitalisme actuel va vers sa fin, et que la mondialisation est parfois incompréhensible, il est urgent de régler rapidement

le problème, pour sortir de la morosité ambiante, et retrouver prospérité et bien être.

Il est plein de bonne volonté. Mais ça ne suffit pas. Il en est conscient.

Qui peut agir et comment ? Il n’en a pas la moindre idée. Il décide alors de prendre contact avec une amie universitaire, Blanche, qui

connaît bien tous ces problèmes.

 

Le livre relate leur dialogue au cours duquel Blanche, avec beaucoup de pédagogie, fait cheminer Paul en lui expliquant comment les

évolutions se sont produites depuis les années 70 jusqu’à aujourd’hui, et quels en sont les effets positifs et les effets pervers.

Progressivement, au fur et à mesure que la conversation avance, les corrections à apporter s’imposent naturellement à Paul et au lecteur,

sans qu’elles lui soient imposées.  Le lecteur constatera qu’elles ne sont finalement pas hors de portée, et qu’elles sont connues.

Ce livre a pour but d’expliquer à ceux des citoyens qui sont peu au fait de ces sujets pourquoi ils ressentent un certain mal être et de la

morosité, mais qu’il n’y a pas de fatalité, que l’espoir est permis.

L'avenir est devant nous juin 2019

CONTRIBUTION AU GRAND DEBAT

Mars 2019

Vous trouverez ci-après notre contribution au Grand Débat. Comme elle "n'entrait pas" dans les quatre cases prévues par

le gouvernement,  nous l'avons adressée par courrier et par mail aux animateurs et au garants du Grand débat.  Ici, nous

la plaçons à la fois dans l'onglet :   "mondialisation-Davos", à la fois dans le volet "environnement", onglet : " transition

écologique et énergétique".

Il est très difficile de saucissonner les propositions, car elles sont toutes interdépendantes.

Notre point clé concerne la première proposition : supprimer les systèmes d'arbitrage "investisseurs /Etats".  

 

Sous ce terme un peu barbare, se cache une formidable machine à confisquer la souveraineté des peuples, et à fusiller une politique 

"climat", ou du moins a en faire payer un énorme surcoût  aux contribuables. C'est un système de justice privée, qui a plus de pouvoirs

que les plus hautes instances judiciaires française (Cour de Cassation) et Européenne (Cour européenne de justice). Rien que ça.

 

Ce système a permis à une société canadienne de "détricoter" la Loi Hulot. D'où la démission du Ministre.

Contribution au Grand débat

Annexe : ISDS et arbitrage d'Etat à Etat

FAQ Europe NEGO TAFTA  ARBITRAGE Page 10

PLACER LE COMMERCE MONDIAL AU SERVICE DE LA TRANSITION ENERGETIQUE ET ECOLOGIQUE

Décembre 2018

 

Il faut impérativement mettre en oeuvre les  propositions du Commissariat Général au Développement Durable (CGDD) de novembre 2018, qui,

lui même, appuie ses propositions en se référant à plusieurs discours du Président Macron et à des résolutions du Parlement européen. La légitimité

de son travail et de son document est donc totale.

L'idée est la suivante : afin de mettre un terme
aux incohérences entre les politiques nationales de développement durable et la signature d'accords

de libre échange qui ne contiennent aucune disposition contraignante dans ces domaines, il faut inverser la philosophie des accords de libre échange

actuels et à venir, afin de de lier les concessions commerciales à l'atteinte des  objectifs de développement durable en vigueur en

Europe. Le commerce mondial deviendra ainsi mécaniquement un outil au service de la transition énergétique et écologique. C'est du reste ainsi

qu'on lui redonnera du sens.

 

A ce jour, toutes les clauses commerciales des accords de libre échange sont contraignantes et sanctionnables , alors que les clauses sociales et

environnementales sont facultatives. En clair,  la mondialisation tourne sur elle-même et pour elle-même sans s'occuper de ses conséquences sur 

es populations.

Par exemple rien aucun accord ne prévoit quoi que ce soit pour assurer la neutralité des émissions de gaz à effets de serre.  Le commerce mondial

est dispensé de tout effort sur ce point. 

Le document ci-joint à été surligné par nos soins pour vous faire gagner du temps.

Placer le commerce mondial au service de la transition énergétique et écologique.

REVOIR FONDAMENTALEMENT LE CADRE DE LA MONDIALISATION 

Novembre 2018

Le cadre de la mondialisation économique est à bout de souffle. Le Forum économique mondial (FEM) a annoncé lundi 5 novembre 2018 que le

thème de sa prochaine réunion annuelle en janvier 2019 à Davos sera : "Façonner une nouvelle architecture pour la prochaine vague de

mondialisation".
 

Il ajoutait que si la mondialisation "a permis la croissance et le développement au niveau international,elle a également engendré des

inégalités excessives".  Il concluait : Pour la prochaine vague de mondialisation, la "Mondialisation 4.0", les dirigeants devront tirer des leçons

des erreurs  du passé, construire des sociétés plus inclusives et mieux protéger les communautés vulnérables".

NDLR  Des inégalités excessives,  cela signifie pauvreté, précarités, chômage.
 

Depuis des années le Comité Pauvreté et Politique attire l'attention des dirigeants sur le fait que leurs plans pauvreté (très bien faits au

demeurant) ne produiront jamais tous leurs effets tant que la mondialisation créera mécaniquement de la pauvreté et des dégâts environnementaux. 

Tel semble être le message de Davos cette année. Alors ? Agissons ! Revoyons la politique européenne du commerce mondial qui est incohérente. 

Vous trouverez ci-joint le travail de réflexion et les propositions du Comité Pauvreté et Politique sur ce sujet fondamental. Ce travail est présenté en

deux documents :

- un résumé à l'attention des décideurs,

- le détail des propositions pour les experts et les conseillers des décideurs

1 Pour  Décideurs Mondialisation et OMC  Oct 2018

1 bis Pour Experts et conseillers Mondialisation et OMC Oct 2018

2 Extraits discours Macron  ONU 2018 Commerce mondial

3 Extraits discours Sarkozy Davos  2010 commerce mondial

4 Extraits discours Macron  La Sorbonne 2017 Europe et commerce mondial

5 Extrait Klaus Schwab échec mondialisation LES ECHOS 20 janvier 2014

6 Extrait interview Klaus Schwab capitalisme Figaro 16 janvier 2017

7 Extraits de cinq résolutions sur commerce mondial Parlement Européen 2010 à 2017

8 Extraits engagements de campagne E Macron

9 extrait plan action France commerce mondial 2017

RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN DU 25 OCTOBRE 2016 SUR LA RESPONSABILITE DES ENTREPRISES DANS LES

VIOLATIONS GRAVES DES DROITS DE L'HOMME DANS LES  PAYS TIERS

Novembre 2016

Cette résolution propose une solution très intéressante pour mieux garantir le respect des droits de l’Homme dans la mondialisation.

Le Parlement européen rappelle d’abord qu’en ce début du XXIème siècle des entreprises multinationales continuent de ne pas respecter

les droits de l’Homme dans certaines régions de la planète   (Points D, E, F, H  par exemple). Par conséquent, il en appelle à l'Union

européenne, aux États membres, aux pays tiers et à toutes les autorités nationales et internationales pour qu’il adoptent des instruments

contraignants visant à protéger efficacement les droits de l'homme dans le commerce mondial (points 14, 15 ,  16, 18  etc).

 

Vient ensuite sa proposition phare :

1 – le respect intégral des droits de l'homme dans la chaîne de production est fondamental et n'est pas simplement une question de choix

pour le consommateur.

2 – Par conséquent le Parlement européen recommande, pour sensibiliser davantage les producteurs et les consommateurs, la création

d'un label d'identification volontaire au niveau de l'Union, attestant du respect des droits de l'homme, assorti d'un organe de suivi

indépendant régi par des règles strictes et doté de pouvoirs d'inspection, dont le rôle serait de vérifier et de certifier qu'aucune violation

n'a été commise lors des différentes étapes de la chaîne de fabrication des produits concernés.

3 – Il demande ensuite à l'Union et aux États membres de promouvoir ce label, recommandant que les produits auxquels ce label aura été

accordé bénéficient d'avantages particuliers.

4 –Il termine en invitant instamment la Commission à lancer au niveau de l'Union une campagne pour présenter et promouvoir le label

attestant du respect des droits de l'homme, afin d'exhorter les consommateurs européens à opter pour les produits et les entreprises

utilisant ce label et d'inviter toutes les entreprises à adopter les meilleures pratiques en ce qui concerne le respect des droits de l'homme

et des questions similaires.

Cette proposition est un excellent complément à l’insertion de clauses contraignantes concernant les sujet sociaux et environnementaux

dans les accords de libre échange.

 

Le Comité Pauvreté et Politique avait déjà « creusé » cette idée dans sa note d’août 2015, intitulée  :  "Quelle mondialisation pour le 21ème

siècle ? " page 5.  Voir ci-dessous. Notre idée (toujours d'actualité) était de créer, pour les produits industriels et les services échangés sur le

marché mondial, un  label comparable  au "commerce équitable" qui concerne les produits agricoles.

Résolution du Parlement Européen  du 25 octobre 2016 

Quelle mondialisation pour le XXIème siècle ?

MONDIALISER LES NORMES SOCIALES ET ENVIRONNEMENTALES. DE NOUVELLES SOLUTIONS TECHNIQUES QUI VONT

DANS LE MEME SENS.

Septembre 2016

 

Le Centre National de coopération au développement publie sur son site internet un article passionnant sous le titre : "Mondialiser les

normes sociales et environnementales" écrit par Arnaud Zacharie. Cet article a également été publié dans la revue "Projet".

Le grand intérêt de ce texte est de proposer des solutions concrètes et pratiques (Comme les discours ci-dessus) tenant

compte de la situation différente des pays riches et des pays en développement. Ces propositions sont donc réalistes et

recevables.


Ci-dessous quelques extraits de la première page.

 « La mondialisation exacerbe le dumping social et environnemental et crée une asymétrie entre la hiérarchie des normes de droit

international de jure et de facto : le droit de commercer et d’investir a de facto la primauté sur les droits économiques, sociaux et

environnementaux………….

 

……….alors que jusqu’au milieu des années 1980, le commerce mondial s’expliquait essentiellement par les échanges entre les pays, près

de 80% des échanges commerciaux s’expliquent désormais par les échanges intra-firmes de biens intermédiaires entre les maillons d’une

même chaîne de production………...

 

………… La stratégie des firmes transnationales consiste à décomposer les étapes de la production et à localiser chaque maillon de la chaîne

de valeur dans les pays où les coûts unitaires du travail sont les plus bas. Dans ce but, elles bénéficient de l’asymétrie entre leurs stratégies

mondiales de localisation et les capacités de régulation essentiellement nationales des Etats. En effet, les firmes transnationales bénéficient

du changement d’échelle de la mondialisation qui leur permet de mettre les gouvernements en concurrence pour les inciter à réduire les

normes sociales et environnementales. Les firmes disposent dans ce but de la capacité de délocaliser, qui leur permet de faire du « chantage

à l’emploi » : ou vous acceptez nos conditions, ou nous nous implantons ailleurs. Comme le résume la CNUCED : « Les pays d’origine

essayeront de freiner la tendance à la délocalisation à l’étranger de la production en déréglementant le marché du travail, tandis que les

pays d’accueil penseront peut-être qu’une plus grande flexibilité du marché du travail leur permettra d’attirer davantage d’IDE ».

 

La pression engendrée par la concurrence internationale engendre ainsi le dumping social et environnemental………………….

Pour ceux qui sont très pressés, nous avons surligné des passages très importants. A lire absolument.

Mondialiser les normes sociales et environnementales

 

 

 

OUI A LA MONDIALISATION, MAIS PAS COMME CA.

Août 2018

La "LETTRE"  du Comité N° 54 apporte la démonstration que la France, si elle en a la volonté, peut agir pour imposer un nouveau cadre à la

mondialisation des échanges commerciaux, afin :

 

- de la rendre plus humaine,

- d'imposer le respect des droits de l'Homme dans la fabrication des produits mis en marché,

- de faire en sorte que ses gains soient mieux partagés, et que les règles internationales sur l'environnement soient respectées,

- et surtout qu'elle profite à l'ensemble des pays du monde, quel que soit leur niveau de développement.

C'est aussi la seule façon de réconcilier la société civile avec la mondialisation. On ne pourra pas durablement négocier de nouveaux accords

récusés (parfois avec force) par la société civile.
 

Les Chefs d'Etats des 28 pays européens et le Parlement européen ont les moyens d'imposer les réformes allant dans ce sens. Il leur suffit de bien

exploiter les textes actuels, ce qu'ils ne font pas. Point n'est besoin de modifier les traités européens.

Einstein, un Homme peu connu pour la faiblesse de ses neurones, se plaisait à déclarer :  "La folie, c'est de refaire toujours la même chose, et

d'attendre des résultats différents".

Le refus  de procéder aux réformes qui s'imposent (position de très nombreuses élites  de Bruxelles et des 28 pays y compris en France) en croyant

que tout s'arrangera avec le temps est donc ... une folie !

La Lettre du Comité N° 54

Annexe à la Lettre du Comité N° 54

La Lettre du Comité N° 54 et son annexe exposent le détail des premières actions à conduire. Les documents qui suivent démontrent

la justesse de ces actions. Impossible de contester les compétences des auteurs de ces textes.

Plan d'action français sur le commerce mondial (3ème partie) 25 octobre 2017

Engagements de campagne du Président de la République française mars 2017 

Position du gouvernement français sur le commerce mondial Novembre 2016

Déclaration de Namur  Décembre 2016

Liste des premiers signataires de la déclaration de Namur 2016

Résolution du Parlement européen du 25 novembre 2010  (Voir notamment le point 27)

Résolution du Parlement européen du 8 juillet 2015  (Voir notamment les paragraphes surlignés)

Résolution du Parlement européen sur les droits de l'Homme 25 octobre 2016 (Voir notamment les § surlignés)

Résolution du Parlement européen du 27 avril 2017  secteur confection

Rapport sur les répercussions du commerce international sur les chaînes de valeur mondiales 20 juillet 2017 (voir notamment
les points 29, 31, 35, 38)

Klaus Schwab excès capitalisme  Le Monde 14 nov 2011   Klaus Schwab est le Président du Forum de Davos.

Klaus Schwab échec mondialisation Les Echos  20 janvier 2014

Klaus Schwab réformer le capitalisme Le Figaro 16 janvier 2017

Franck Riboud La crise impose de repenser le rôle de l'entreprise Le Monde 3 mars 2009

Mondialiser les normes sociales et environnementales Arnaud Zacharie Revue Projet 7 juillet 2016

Discours Pdt France OIT 15 juin 2009 Voir pages 3, 4 et 5

Discours Pdt France Assemblée Nations Unies 23 sept 2009 Voir page 3

Discours Président France Davos 27 janvier 2010 Voir page 7

Discours Président France 

Note Europe sur la mondialisation mai 2017

TTIP : LES ETUDES SONT FANTAISISTES !

Août 2015

 

Dans sa "foire aux questions"à la question "qu'en retireront l'UE et ses citoyens ?" la Commission Européenne répond que les

avantages du TTIP seront très importants pour les consommateurs. Elle cite une étude du Cabinet CEPR, un centre d’études sur la politique

économique basé à Londres.

 

Super !

 

Pour mieux convaincre les internautes, dans la précédente version de sa "Foire aux Questions" (supprimée auprintems 2015), elle citait

même les conclusions de cette même étude : ...."Elle suggère que l’économie de l’Union pourrait en retirer un bénéfice de 119 milliards

d’euros par an – l’équivalent d’un bonus de 545 euros en moyenne par ménage de l’Union. Selon l’étude, l’économie américaine pourrait

en retirer un gain de 95  milliards d’euros supplémentaires par an, soit 655 euros par famille américaine".

 

L'ennui est que cette étude est farfelue aux dires mêmes de l'ancien Commissaire au Commerce, Monsieur Karel De Guth, comme le

montre son intervention au Parlement Européen du 1er avril 2014 (durée : 2mn). Le cynisme et l'arrogance étaient à leur comble ! 

Aujourd'hui, la Commission  a supprimé les chiffres de sa communication, mais s'appuie toujours sur cette même étude. Quelle peut-être

sa crédibilité puisque Les chiffres de cette étude son mensongers ? Jugez-en vous même !

Mensonges de la Commission

QUELLE GOUVERNANCE MONDIALE POUR DEMAIN ?

Juillet 2015

Dans sa chronique du 20 janvier 2014 dans LES ECHOS, sur l’échec de la mondialisation (Voir ci-dessus), Klaus Schwab, Président

fondateur du Forum Economique Mondial de Davos écrivait : « notre  système international de gouvernance n'est plus adapté face à un

monde qui change à une allure si rapide. Il est à l'évidence inadapté face à la complexité des  bouleversements qui sont à l'œuvre »

 

Malheureusement, comme pour les aspects économiques, il se garde bien de proposer la moindre solution. Il existe assez peu de

documents sur  ce sujet. Nous mettons ci-dessous en ligne le "rapport Védrine », remis au Président de la République française en 2007.

Il n'a pas vieilli. Il propose des évolutions  pour les intitutions internationales, et suggère des pistes pour l'action de la France et de l'Union

Européenne dans la mondialisation. 

Il vous permettra d’y voir plus clair sur ce sujet bien réel, mais extraordinairement complexe à résoudre.

Rapport VEDRINE sur la France et la mondialisation

Titre 1

Titre 1

Titre 1

Titre 1